Confinement et claustrophobie : la sophrologie pour aller mieux

Être enfermé chez soi durant une telle période, c’est une situation difficile à vivre pour de nombreux foyers. Cette crise sanitaire entraîne des retombées économiques, mais également psychologiques. Les médias n’ont pas encore réussi à aborder avec pertinence ce phénomène si répandu. En cette période de confinement, des peurs jusque-là soutenables refont surface. La claustrophobie est une peur qui touche une grande majorité de la population. Ce sentiment d’anxiété envahit tout le corps et peut entraîner des crises d’angoisse terrible. Les spécialistes soutiennent une bonne relation entre le confinement et la sophrologie comme maux et remède.

La sophrologie : le remède  miracle contre la claustrophobie

En pleine crise de claustrophobie, la victime ressent une peur intense, un sentiment d’étouffement, l’atroce impression que les murs se rapprochent pour totalement vous comprimer. Des symptômes encore plus violents se manifestent comme un arrêt brutal du système respiratoire et des vertiges incontrôlables. Le rythme cardiaque s’accélère alors dangereusement et cette réaction dure quelques minutes avant de s’estomper. Pour se débarrasser de telles angoisses, la sophrologie permet d’atténuer le trouble et parfois même d’en guérir. Les limitations du corps existent bel et bien. Par contre, l’esprit peut être modelé à sa guise et la marche virtuelle peut vous aider à atteindre ce but.

La marche virtuelle : quelques exercices pour réussir ce challenge

Entre le confinement et la sophrologie, la solution est de suivre à la lettre ces consignes. Tout d’abord, levez-vous et assurez que votre bassin soit dans l’alignement de vos pieds. Il faut essayer de décontracter totalement les muscles et de relâcher les épaules. Gardez la tête complètement immobile et fermez les yeux un court instant. Une série de trois exercices permettra à votre esprit de rester calme face à cette adversité. Maintenant, vous allez commencer par marcher sur place de manière naturelle et désinhibée. Il s’agit d’effectuer des mouvements lents et décomposés. Soyez à l’écoute de votre corps et ressentez l’effort produit. Pour la première fois, faites de ce mouvement involontaire un acte délibéré et pleinement vécu.

L’imagination : une astuce pour combattre la claustrophobie

À présent, vous avez déjà réussi à surmonter cette peur irrationnelle. Malgré cela, l’exercice n’est pas pour autant terminé. Inscrite dans les techniques de sophrologie, l’imagination est la meilleure arme contre ces formes d’angoisse. Toujours dans l’optique de la marche, vous allez imaginer un endroit coupé du monde, tranquille et apaisant. Respirez pleinement et appréciez ce moment d’évasion. Maintenant, marchez d’un pas léger et pensez à un jardin parfumé, envahi par les arbres, une nature sauvage apaisante. Fabriquez une carte mentale de ce lieu détaché de la réalité et contemplez les couleurs et les lumières étincelantes. Ressentez le vent qui caresse vos cheveux et les senteurs des roses.

Angoisse : comment faire la différence avec le stress et l’anxiété
Comment prévenir les récidives de calculs urinaires ou rénaux ?